Contatti

CONSORZIO PER LA TUTELA DELL'ASPARAGO BIANCO DI
BASSANO D.O.P.


Tel. 0424 521345
Fax 0424 502207

info@asparagodop.it


DOVE SIAMO





Iniziativa finanziata dal Programma di Sviluppo Rurale per il Veneto 2007 – 2013 Organismo responsabile dell’informazione: Consorzio per la Tutela dell’Asparago Bianco di Bassano D.O.P. Autorità di gestione: Regione del Veneto – Direzione Piani e Programmi del Settore Primario



Histoire

L'asperge est une plante originaire de la Mésopotamie. Sur la base de témoignages égyptiens, l’asperge était déjà connue dans l’ancienne Egypte et c’est à partir de ce pays qu’elle se serait diffuse dans le bassin Méditerranéen. Utilisée, pendant longtemps, uniquement pour ses propriétés médicamenteuses et thérapeutiques, on a commencé à l’utiliser même en cuisine. Sa culture dans l’aire de Bassano a des origines très anciennes; nombreuses sont les documentations et les témoignages de la tradition populaire.

“La découverte de l’asperge fut totalement un hasard. A une date qui ne nous est pas donnée, au XVIème siècle semblerait-il, une grêle violente abîma la partie aérienne de la plante; l’agriculteur chercha à cueillir ce qui restait sous terre des asperges, en d’autres termes la partie blanche. Il se rendit compte qu’elle était bonne et depuis lors il ramassa toujours les asperges avant qu’elles ne sortent de terre”(source: Antonio F. Celotto, L’Asparago di Bassano, Neri Pozza Editore Vicence, 1979).

Une autre légende raconte que même Saint Antoine de Padoue, ce frère portugais arrivé d’Afrique et envoyé par Saint François d’Assise sur les traces de Ezzelino, avait adouci un jour le féroce appétit du Tyran en jetant les graines d’une aspergerai. En 1534, dans une note de frais de la République vénitienne concernant un banquet, on distingue les frais engagés par le Doge Andrea Gritti pour l’achat dans l’aire de Bassano di sparasi mazi (bottes d’asperges). Pendant la Concile de Trente (1545-1563), les pères conciliaires, qui avec leur cour nombreuse y faisaient halte, se voyaient proposer aussi des “i sparasi” (asperges). Dans un célèbre tableau du peintre vénitien Giovanbattista Piazzetta (1682-1754) “Le Souper d’Emmaus” on distingue parfaitement le plat d’asperges préparés selon la recette typique de ce terroir “sparasi, e ovi, sale e pevare, oio e aseo” (asperges et oeufs, sel et poivre, huile et vinaigre). Aujourd’hui encore, dans la tradition populaire, la consommation d’asperges reste liée au printemps et à Pâques: un célèbre dicton local rappelle que “quando a Bassan vien primavera se verze la ca’ e la sparasera” (lorsque le printemps arrive à Bassano, on ouvre maison et aspergerai) pour la traditionnelle “sparasada” (dîner aux asperges) qui accompagne la fête.